ISABELLE CHEVEAU // Démarche Artistique

Ma démarche artistique est nourrie des liens perceptibles entre ma formation initiale académique et les rencontres, voyages, et réflexions issus de mon parcours d’artiste chorégraphique et de ma vie. Au-delà d’être dansante, elle se veut aussi citoyenne et sociale. Elle tend à créer, mais aussi à vivre quelque chose de partagé avec le plus grand nombre, que ce soit lors d’un projet de création, de diffusion de spectacles ou de médiation culturelle.

En effet, j’aime tisser différents fils pour produire non seulement une pièce chorégraphique,  mais une œuvre amplifiée.

Je tente de voir, et faire voir, un tout complexe et liant, avec l’espoir de générer un impact social positif.

Comme une tisserande sachant distinguer ses fils de vie et de danse, j’entrelace. Il peut s’agir d’une création et d’une exposition photographique, d’une création et d’une immersion sonore, d’une création et d’un jeu participatif citoyen. Mes propositions s’associent à des actions en faveur de l’égalité de genre, de la diversité culturelle et de la citoyenneté.

Mes recherches explorent différentes facettes de l’être humain. Elles interrogent les états intérieurs de l’Etre, la relation entre le corps et le mouvement, le rapport avec soi-même, le groupe et le spectateur. Elles relient la danse et la vie. Dans mes créations, j’aime mettre en avant la vulnérabilité des êtres, en cherchant un point d’équilibre sur la ligne de tension entre force et fragilité. Je crois que c’est cette relation à la fois antagoniste et complémentaire entre deux qualités de mouvement et d’interprétation qui rend la danse, qu’elle soit abstraite ou illustrative, juste, pleine et émouvante, pour celui qui danse comme pour celui qui la regarde. Dans ma démarche, la place donnée à l’Autre, (artiste – public) est capitale.

Pour expérimenter le thème de l’altérité, et transmettre mes valeurs humanistes, je collabore avec une communauté plurielle, capable de croiser points de vue, esthétiques, connaissances, avec une même volonté de construction collective. Cela se concrétise par un choix d’artistes issus de culture et de technique différentes, de partenariats avec des photographes (Fleur Dache, Pascal Rousse), des vidéastes (Mick Rubusisi, Mathieu Poitier) un écrivain (Didier Duprat), une créatrice sonore (Anna Gigan), mais aussi avec des personnes et structures ressources telles que: une juriste, une psychologue, une psychomotricienne, le CND, la Belle Ouvrage, le CIDFF, SOS Racisme etc.

A travers ce maillage entre vie et danse, je m’intéresse particulièrement à la diversité des contextes et des publics, car celle-ci nourrit ma réflexion et mes recherches chorégraphiques. C’est ainsi que j’ai pu expérimenter mon travail sur trois continents Europe, Afrique, Amérique du Sud,  à plateau comme en extérieur ou dans des tiers-lieux. En lien et résonnance des projets de création,  j’ai aussi pu tricoter des laboratoires de partage de connaissances entre équipe artistique, jeunes non-initiés à la danse, résidents et personnel d’EHPAD,  personnes handicapées, amateurs et habitants des différents territoires traversés.

Ainsi mon métier de créatrice, dialogue dans un aller-retour permanent avec celui de pédagogue.

Telle une passeuse de relais, sensible à l’éducation artistique, j’aime transmettre mes connaissances lors d’ateliers à destination d’un large public. J’affectionne également participer à la formation de jeunes en voie de professionnalisation. Je m’enrichis et développe mes recherches en apprenant sans cesse des autres.

 

L’échange et le partage sont les moteurs de la conception de mes projets artistiques, tant avec les collaborateurs, les partenaires culturels, qu’avec les publics rencontrés sur différents territoires. Grâce à la danse et aux moyens d’action déployés, mon désir est de permettre à chacun.e de s’épanouir, de s’exprimer, de transformer ou/et de révéler sa manière de penser, d’agir et d’être, pour rêver ensemble, et avancer vers un monde meilleur.